pirates

Conclusion d’enquête sur l’attentat d’Eravate

Rapport d’enquête du 21/01/3302

Après 3 jours d’enquête approfondie, je me suis rendu compte que ces événements n’étaient rien de plus qu’un coup d’état du premier ministre Grim lui même.

Plusieurs indices montraient que des éléments fut montés artisanalement et n’avaient rien à voir avec les composants utilisés généralement par les impériaux, ni les indépendants. Avant de rendre une conclusion hâtive, j’ai donc préféré me rendre sur les laboratoires thermos nucléaires de la Fédération et en apprendre davantage sur ce sujet auprès du général Langford.

Il m’apprit que les composants trouvés ne pouvaient être identifiés sur le fait que certains systèmes étaient carbonisés et les parties encore visibles eut les numéros de série effacés. Il m’affirma également que malgré l’apparence amateur de cette fabrication, ils ont été conçu par des professionnels et que malheureusement cela me freinerait dans mon enquête.

J’ai contacté par la suite une vielle connaissance qui me devait un service de longue date, il était expert en armements et explosifs, je lui ai donc fait part de mes trouvailles et lui demanda ses opinions.

Il vu un hommes 2 jours avant l’attentat qui lui proposa un boulot qui lui aurait rapporté gros, et selon ses dires, il portait l’emblème de la Fédération, cela n’a fait que confirmer mes doutes.

De retour sur Eravate, j’ai comparé l’identifiant du suspect avec la base de données de la Fédération, et là, jackpot ! J’avais son nom. Robert Shanks, un mécanicien.

Il fut renvoyé du hangar où il travaillait pour mal-façon douteuse et expérience mécanique dangereuse. Il écopât d’un sursis en 3300 pour manque de preuve, exactement similaire au manque d’élément actuel.

J’ai prévenu quelques amis en poste un peu partout dans la galaxie. Par chance une escadrille en patrouille lui avait mis la main dessus. Il fut incarcéré sur une station du système LTT 3572.

Le plus dur était fait, mais fallait il encore le faire parler, car pour moi ce n’était qu’un pion. L’interrogatoire à duré plus de six heures et il finit par me donner un code de transpondeur. En retraçant son code le système d’identification s’affolait et ce dirigea droit sur le système SOL.

Une petite visite sur la Terre s’imposait. Arrivé sur place, le localisateur m’emmena droit au ministère général. J’ai donc préféré prendre des gants en avertissant et en prévenant l’amiral Dougherty et le Ministre de la défense Monsieur Rigane en avançant les éléments et vidéo de l’interrogatoire du suspect jusqu’à que Le Ministre Rigane reconnu aussitôt le code du transpondeur.

Il me dit :

Bon boulot Commandant, maintenant c’est à nous de gérer ce problème !

Un flash info survenu quelques heures plus tard annonça que le Premier Ministre fut arrêté pour haute trahison.

Fin du rapport d’enquête

Laisser un commentaire